Actes dont l'importance a été mise en valeur par l'attitude du Prophète durant le Ramadan

As Sawm

La "pratique phare", si l'on peut s'exprimer ainsi, du Prophète Mohammed  () durant le Ramadhan, c'était bien évidemment le jeûne. Le jeûne qui, comme nous l'a dit le Prophète Mohammed  (), est un bouclier pour celui et celle qui le pratique; le jeûne, c'est aussi une excellente opportunité pour chacun et chacune de parvenir à la " Taqwâ ". Allah l'évoque clairement quand il indique la finalité du jeûne : " [...] la'lakoum tattaqoun" " [...] ainsi atteindrez-vous la piété"(S2/V183)

Cette piété, elle nous est d'autant plus indispensable que c'est par son intermédiaire que nous pouvons tous devenir des "Awliyâ Allah" ("in awliâouhoû illâl mouttaqoun, Ses awliyâ ne sont que les pieux "  S8/V34), des bien aimés d'Allah, pour qui la promesse coranique est très explicite: « En vérité, les bien-aimés d'Allah ("Awliyâ Allah) seront à l'abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés, Ceux qui croient et qui craignent[Allah]. Il y a pour eux une bonne annonce dans la vie d'ici-bas tout comme dans la vie ultime. - Il n'y aura pas de changement aux paroles d'Allah -. Voilà l'énorme succès ! » (S10/V62 à 64)

Le jeûne, c'est encore le moyen de rétablir l'équilibre que nous avons rompu entre nos instincts bestiaux d'un côté et notre âme spirituelle de l'autre : A force de rester trop longtemps plongé dans l'assouvissement des désirs de notre "Nafs" (ego poussant vers le mal et la turpitude), notre spiritualité est affaiblie et l'on n'arrive même plus à éprouver l'ardeur et l'engouement nécessaire pour se repentir, pour agir en bien; notre cœur est progressivement recouvert d'une "rouille" qui l'empêche de distinguer le bien du mal. Allah dit: "kallâ bal râna alâ qouloûbihim mâ kânou yaksiboûn, Pas du tout, mais ce qu'ils ont accompli couvre leurs cœurs"

Justement, la pratique du jeûne doit pour nous être un exercice nous aidant à priver un peu notre "Nafs" et à nourrir notre âme. Mais cela ne sera effectif que lorsque le sawm ne se limitera pas à une simple privation de nourriture et de boisson. Cela ne sera possible que lorsque notre jeûne sera complet, où l'abstention portera également sur les péchés, quels qu’ils soient...

 

Tilâwat al Qur’ane

Ensuite, nous apprenons des Hadiths que le Prophète Mohammed  (Salla Allahou  ) accordait une attention particulière à la récitation du Coran durant ce mois béni. Ibn Abbas (Radhia Allahou anhou) nous dit que Djibraïl () venait chaque nuit durant le mois de Ramadhan rencontrer le Prophète Mohammed () et ils se récitaient mutuellement le Coran. (Boukhari)      

Dans un autre Hadith authentique rapporté par Fatima (Radhia Allahou Anha), il est précisé qu'au cours de l'année où le Prophète Mohammed () quitta ce monde, il récita deux fois le Coran intégralement en présence de Djibraïl (). On comprend facilement le pourquoi de la chose: Le Coran ayant été révélé durant ce mois vers le ciel le plus proche, il est clair qu'il a un lien étroit avec le mois de Ramadhan, comme évoqué précédemment. Et l'expérience est là pour nous confirmer que, durant le Ramadhan, il est beaucoup plus aisé de lire le Coran que durant les autres périodes de l'année. C'est à nous donc de saisir l'opportunité qui s'offre à nous et d'augmenter durant ce mois béni notre lecture du Coran. Rappelons-nous de ce que nous disait Ibn Messaoud (Radhia Allahou anhou) concernant le mérite de cet acte: La récitation de chaque lettre du Coran amène dix récompenses. Sans oublier que le mérite des actes est encore amplifié durant le Ramadhan : C'est donc là un moyen très aisé de faire "le plein" de récompenses...

Et même si nous éprouvons des difficultés au niveau de la lecture du Coran (en ce sens que nous avons des problèmes de locution, de reconnaissance des lettres arabes, ou autre...), cela ne doit en aucun cas nous décourager: Le Prophète Mohammed () nous a en effet enseigné que celui qui récite le Coran malgré la difficulté que cela représente pour lui, aura une double récompense. (Boukhari - Muslim)

Par rapport au jeûne et à la récitation du Coran, il y a un autre Hadith qui est pour nous très porteur d'espoir... Abdallah Ibn Omar (Radhia Allâhou Anhou) rapporte que le Prophète Mohammed () a dit: « Les jeûnes et le Coran intercéderont pour le serviteur le Jour de la Résurrection. Le jeûne dira: "Ô Mon Seigneur ! Je l'ai privé de nourriture et de (l'assouvissement de ses) désirs: Accepte donc mon intercession en sa faveur." Et le Coran ajoutera: "Je l'ai privé de sommeil la nuit: Accepte (aussi) mon intercession en sa faveur." Le Prophète Mohammed  () affirme ensuite que leur intercession sera agréée. (Ahmed- Tabarani - Ibn Abid Dounya - Hadith "Hassan" (bon)).

 

Al Djoûd

Le troisième élément important qui ressort d'un certain nombre de Hadiths en ce qui concerne le comportement et l'attitude du Prophète Mohammed (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) durant le mois de Ramadhan est la générosité, al Djoûd. Dans le même Hadith d’Ibn Abbas (Radhia Allâhou Anhou) évoqué plus haut, il est dit que le Prophète Mohammed (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) était, de tout temps, la personne la plus généreuse... Mais sa générosité augmentait encore plus lorsqu'arrivait le mois de Ramadhan: Il était alors plus généreux que le vent qui souffle librement et qui est porteur de pluie. (Boukhari)

La comparaison de la générosité du Prophète Mohammed (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) avec le vent porte aussi bien sur la promptitude que sur l'influence générale: En effet, le vent qui souffle avance rapidement et répand ses effets bénéfiques partout... Le Prophète Mohammed (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) était ainsi : Il donnait sans tarder quand on le lui faisait la demande; et il donnait à tous, sans distinction. Dans une version de ce même Hadith rapporté par l’imam Ahmed  (Rahimahou Allah), il est précisé que l'on ne demandait rien au Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) sans qu'il ne le donne. C'est là encore une qualité que nous devons nous efforcer d'acquérir et de développer, durant toute l'année, mais plus particulièrement durant le Ramadhan. La générosité, en Islam, comme le définit Ibn Hadjar (Rahimahou Allah), consiste à donner ce qui convient à celui qui convient. Et cela est d'autant plus important que dans notre société individualiste, où on a tendance de plus en plus à se refermer sur soi et à ignorer les autres, où le nombrilisme règne en maître, la nécessité de venir en aide à ceux qui sont dans le besoin impose une réelle prise de conscience. Cela commence par l'acte le plus minime : Donner l'Iftar à un jeûneur, qui est un geste très méritoire, comme l'indique plusieurs Hadiths. Mais cela concerne aussi le don de Sadaqa et des aumônes en général, acte dont les vertus sont multiples: Le Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) nous apprend que la Sadaqa, entre autres, apaise la colère d'Allah, protège contre la mauvaise fin, assure la bénédiction et la Baraka dans cette vie présente, amène les invocations des anges... (Voir "Fiqh As-Sounna", Volume 1)

 

Qiyam Allayl wa At-Tarawih

Une autre pratique habituelle du Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) durant ce mois était la Salat At-Tarawih. Le Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) disait, au sujet des vertus de cette prière: "Celui qui reste debout (en prière la nuit durant) le mois de Ramadhan avec foi et dans l'espoir des récompenses aura ses péchés passés pardonnés." (Boukhari) Il (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) avait accompli cette prière quelques nuits en groupe, Djamaâ, puis l'avait délaissé de crainte qu'elle ne devienne obligatoire.

Bien entendu, le Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) accomplissait également la prière de la nuit -communément appelée "Salat At-Tahadjoud".

Abdallah Ibn Salam (Radhia Allâhou Anhou) (rabbin juif converti à l'Islam), raconte que, lorsque le Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) arriva à Médine, il alla le visiter; quand il vit son visage, il affirme avoir compris que ce visage n'était pas celui d'un menteur. Il ajoute que les premières paroles du Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) qu'il entendit furent les suivantes : "Ô les gens ! Répandez le Salam, donnez à manger, entretenez les liens familiaux et priez la nuit alors que les gens dorment vous entrerez en paix au Paradis." Ainsi, l'une des premières recommandations que donna le Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) en arrivant à Médine portait sur le respect de cette Salate: C'est vous dire son importance à ses yeux... On notera également que, dans le Coran, lorsqu'Allah évoque les qualités des croyants et de ses pieux serviteurs, Il met notamment l'emphase sur le fait qu'ils ont l'habitude de prier la nuit.

Au cours du mois de Ramadhan, il nous est relativement facile d'accomplir régulièrement cette Salate: Il nous suffit de nous réveiller un peu plus tôt que d'habitude pour le Souhour. Incha Allah cette pratique ne pourra qu'apporter miséricorde et bénédiction dans nos foyers.

Pour conclure sur ce point, je tiens à rappeler quelques recommandations en rapport avec le Qiyam Allayl que les Oulémas ont souligné:

  • Il faut essayer d’avoir l'intention d'accomplir la prière de la nuit avant même de s'endormir; ainsi, s'il arrive que l'on ne se réveille pas, on aura quand même les récompenses de cette Salate.
  • Au réveil, on fera attention à réciter les invocations d'usage.
  • Le Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) avait l'habitude de la commencer l'accomplissement de la prière de la nuit par deux Rakaâtes "légères"; puis il priait ensuite comme il le désirait.
  • Le Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) nous a exhorté dans certains Hadiths à faire l'effort, lorsqu'on se lève pour prier, de réveiller également les autres membres de la famille afin qu'eux aussi puissent profiter de cette Salate.

Ad-Douaâ wa At-Tawba

Le Prophète Mohammed  (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) nous a appris que le mois de Ramadhan est propice à l'acceptation des Douaâs et invocations: Il dit par exemple que chaque jeûneur a une Daâwa qui est acceptée par jour. Dans un autre Hadith, Il (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) dit encore que, parmi les invocations qui ne sont pas refusées, il y a celle du jeûneur lorsqu'il est sur le point de rompre son sawm.

Par ailleurs, Il (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) a approuvé la malédiction lancée par Djibril () contre celui qui voit le Ramadhan passer et ne se fait pas pardonner.

 

Al Djouhd wal Djihad li I'lâï Kalimati Allah 

Enfin, le Prophète Mohammed (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) a mené durant sa vie des campagnes militaires durant le mois de Ramadhan... Ce que nous pouvons retenir de là, entre autres, c'est que le jeûne ne doit en aucun cas être un prétexte poussant le musulmans  à l'immobilisme et à l'inaction, à l'abandon de ses autres devoirs, plus particulièrement au niveau de sa lutte contre le mal et sa résistance face à l'injustice.

Parmi les multiples Djihad que nous pouvons mener quotidiennement -à notre échelle, il y en a un qui mérite une certaine attention: C'est celui de l'éducation de nos enfants; si je me permet de qualifier ainsi cet effort, c'est parce qu'il apporte une contribution (aussi minime que celle-ci puisse paraître) dans la réalisation d'un objectif essentiel du Djihad que le Prophète Mohammed (Salla Allahou  Alaihi wa Sallam) a lui même exprimé: l'élévation et la domination de la Parole d'Allah - I'lâï Kalimati Allah

Aujourd'hui, dans notre contexte et environnement, si on n'aide pas nos enfants et on ne leur apporte pas le soutien nécessaire, la Parole d'Allah n'arrivera pas à dominer à leurs yeux: Ce qui primera, ce seront les valeurs malsaines répandues dans nos sociétés, dont ils ne manqueront pas de s'imprégner... et certainement pas l'éthique et la morale islamiques.

Malheureusement, ce qu'on constate (trop) souvent, c'est qu'on fait d'une très grande inconscience et irresponsabilité dans l'éducation de nos enfant; par la suite, lorsqu'on se retrouve confronté à des difficultés (drogue, délinquance, rejet de l'autorité...) avec ces mêmes enfant, on ne trouve rien de mieux à faire que chercher des faux coupables... et on oublie de se poser les bonnes questions: Avons-nous fait tout notre possible, hier, quand nous en avions l'occasion (et l'obligation), pour les aider à trouver la voie que nous désirions tant qu'ils suivent aujourd'hui ? Ne nous sommes nous pas aveuglés à l'époque, en fuyant nos responsabilités envers eux... En d'autres mots, ne sommes-nous pas les premiers (pour ne pas dire les seuls véritables) coupables de cet état de fait ?...

Cher frères et sœurs,

Voilà donc autant d'axes sur lesquelles doivent se situer notre action au cours du mois de Ramadhan qui arrive: As sawm, Tilâwat al Qur’ane, Al Djoûd, Qiyam Allayl wa  At-Tarawih, Ad Douaâ wa At-Tawba et Al Djouhd wal Djihad li I'lâï Kalimati Allah...

Réunir en soi la lumière liée à chacun de ces actes, c'est mettre toutes les chances de son côté pour que, In Chaa Allah, demain (après le Ramadhan) soit pour nous un jour bien meilleur qu'aujourd'hui...

Qu'Allah nous agréé tous et nous compte parmi les pieux. Amine

Forums: 
Partagez